Suite à mon introduction du dossier dans mon précédent article, TuyNOM (merci à lui) m’a fait remarquer qu’il serait judicieux de faire une présentation de l’anime avant de rentrer dans le vif du sujet. En effet, si j’ai défendu l’anime dans mon travail antérieur, je n’ai point parlé de ce qu’il raconte ni de ce qu’il est. Il est donc temps de remédier à tout cela et de vous parler des bases de l’univers de ce dont nous allons parler ces prochaines semaines ! Aucun spoil dans cet article, en tout cas pas plus que le précédent qui parlait des thématiques parfois abordées tard mais centrales à l’œuvre et à la lecture que nous pouvons en faire.

Toji no Miko, pour la faire courte, est un animé de 24 épisodes sorti de Janvier 2018 à Juin 2018, et disponible gratuitement sur Crunchyroll sous le nom « Katana Maiden ». Cette série accompagne la sortie d’un jeu mobile sorti au cours de sa diffusion et encore actif aujourd’hui. 

Nous sommes au Japon, dans une année indéterminée. Depuis des siècles, les hommes sont en conflit avec des créatures en partie divines appelées les Aradamas, qui attaquent les populations, ravagent les villes, et sont presque impossibles à tuer avec des armes conventionnelles. Une organisation existe afin de gérer ces problèmes et lutter contre les Aradamas : la Section des sabres, sous-branche militaire du gouvernement japonais, contrôlée d’une main de fer depuis des générations par la glorieuse famille Origami. L’actuelle dirigeante, Yukari Origami, est une héroïne de guerre ayant sauvé le pays en éliminant la menace du Grand Aradama, ayant surgi dans la baie de Sagami 20 ans plus tôt, et ayant pris la tête de l’organisation quelques années plus tard. Elle possède à ses côtés 4 Gardes, triées sur le volet parmi les Mikos les plus puissantes, afin de constituer la garde rapprochée de la dirigeante ainsi que de s’occuper de la sécurité des grands événements et du quartier général de la Section des sabres.

Mais qu’est-ce qu’une Miko ? Les mikos sont des jeunes épéistes entraînées pour combattre les Aradamas, leurs armes étant les seules capables de les tuer et de les purifier. Toute une organisation s’installe autour de lycéennes (voire collégiennes) qui sont réparties en équipes à travers le Japon afin de lutter contre ces créatures, puisque ces pouvoirs de prêtresses sont perdus avec le temps, les femmes étant obligés de rendre leur sabre à un certain moment de leur vie (non précisé dans l’œuvre). Elles sont formées à travers 5 grandes écoles, qui constituent le pôle majeur des opérations liés à la Section des sabres : Minoseki, Houjou, Osafune, Ayanokouji et Renpu. Pour les aider dans leur tâche, elles ont accès à ce qu’on appelle l’Équipement S, une sorte d’armure renforçant leurs capacités, ainsi que de leur capacité principale de mikos, le Reflet, qui leur permet de régénérer leurs blessures peu importe leur gravité tant qu’elles ont activé cette capacité.

À travers l’anime, nous suivons de nombreux personnages en parallèle, mais avec tout de même un accent sur deux d’entre elles : Hiyori Juujou et Kanami Etou.
Ce sont deux apprenties Mikos sélectionnées dans un premier temps en tant que représentantes de leurs écoles respectives dans le grand tournoi annuel organisé par la famille Origami afin de tester et motiver les jeunes combattantes. Kanami est une jeune fille très motivée, obsédée par le combat et l’entraînement, à la fois simple d’esprit et pourtant vivace et observatrice. C’est une génie dans son domaine, et l’as de l’école Minoseki. Hiyori Juujou, elle, est beaucoup plus taciturne, froide, et semble intéressée par l’idée de voir en personne Yukari Origami, qui assistera en personne à la finale de ce tournoi. Ces deux filles, destinées à s’affronter en finale, lanceront par leur rencontre les engrenages révélant les dessous d’une affaire vieille de plusieurs décennies, impliquant toutes les strates du monde dans lequel elles vivent.

PLAN DU DOSSIER

Cette partie me servira à deux choses : présenter les différents axes de réflexions qui constitueront ce dossier visant à mettre en valeur la richesse de l’œuvre, mais également à vous parler plus en détails de Toji no Miko et de ce qui vous y attends.

– Dans un premier temps, je consacrerais un article aux Aradamas. Pierres angulaires de l’univers de Toji no Miko, influant à toute échelle sur les modes de vies et de gestions du pays, il est difficile d’aborder quoi que ce soit sur le fond de l’œuvre sans avoir abordé au préalable ce qui concerne ces créatures, de leur naissance à leur mort, leur traitement dans le monde par les humains, leur influence à la fois sur la religion, sur le pouvoir militaire, ainsi que le danger qu’ils représentent et en même temps le fond écologique et moralisateur qu’on peut y déceler. Je reviendrais bien évidemment sur les cas particuliers d’Aradamas présentés dans la série.

[À actualiser au fil des posts]

À partir de maintenant, vous devrez avoir vu l’intégralité des 24 épisodes pour pouvoir suivre les prochains articles du dossier. Je sais que cela sera difficile de se motiver, mais j’ai confiance en mes fidèles lecteurs ! Volez vers de nouveaux horizons mes amis, et que la qualité de la CGI n’entrave point votre chemin vers la félicité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 + 17 =