Il y a parfois des animés qui bien qu’ils ne soient pas spécialement extraordinaires, me restent dans la tête, plusieurs jours après mon visionnage. Wangan Midnight est l’un d’eux. C’est un animé de street racing, diffusé durant 2 saisons à partir de l’été 2007, réalisé par Tominaga Tsuneo (réalisateur de la quatrième saison d’initial D notamment) par le studio A.C.G.T. A part Kino no tabi et la quatrième saison d’initial D, il ne semble pas être particulièrement brillant. De même pour le staff, où je ne citerai que Mima Masafumi, le sound directeur, comme m’ayant particulièrement tapé dans l’œil. Wangan Midnight est aussi adapté d’un manga, publié entre 1990 et 2008, de tout de même 42 volumes. Cependant, il semble impossible de le lire entièrement sur internet si on ne comprend pas le japonais ; les traductions que j’ai trouvées s’arrêtent toutes au chapitre 50 environ, ce qui est fort dommage.
Normalement, en lisant cela, vous devriez tout de suite comparer cette série au manga (ou à l’animé) le plus connu de racing, redline initial D.
Ce manga aussi parle de street racing, vraisemblablement à la même période, et met lui aussi en œuvre un jeune pilote dans une voiture ancienne pour l’époque.

Wangan

En effet, Wangan Midnight nous est introduit par le personnage Asakura Akio, un lycéen qui conduit parfois la z31 d’un de ses amis sur le Wangan. La Bayshore Route, surnommée Wangan est une autoroute reliant Tokyo à Yokohama, les deux plus grandes villes du Japon. C’est une route un peu particulière, longeant la baie de Tokyo, cette route est plus spécialement connu pour contenir les plus grandes lignes droites du Japon, et pour avoir relativement peu de trafic la nuit, en dépit d’un trafic important (et donc de nombreuses voies de circulation) en journée. On comprend ainsi que là ou initial D se concentrait sur le street racing en touge, c’est-à-dire dans les cols de montagne, Wangan Midnight se concentre sur le street racing sur autoroute, où prime uniquement la vitesse. Ainsi, le but n’est pas tant de devenir le meilleur drifteur que de devenir le meilleur tuneur, et le plus rapide en ligne droite (cela nécessite tout de même un sacré contrôle de la voiture). C’est alors qu’Akio tombe, dans un garage, sur une s30, le modèle précédent la z31 qu’il conduisait, en parfait état et pour un prix très peu cher. Il découvrira au fur et à mesure de la série que cette voiture est particulièrement spéciale, bien qu’ancienne. Cette s30 est connue ; surnommée « la Z du diable » (Akuma no zetto), elle appartenait à un street racer du Wangan il y a 2 cela quelques temps, presque imbattable. En effet, cette vieille voiture, supposant développer 150 chevaux, en développe bien plus. On ne saura jamais vraiment combien de chevaux elle possède dans l’animé, mais les approximations tournent autour de 600. Après que ce dernier se soit tué lors d’un accident, la voiture est passée de propriétaire à propriétaire, provoquant à chaque fois des accidents, mettant en grand danger les conducteurs. Pourtant, le moteur est toujours intact, et elle est toujours réparée comme neuve. De plus, l’ancien propriétaire de la Z, celui qui est décédé dans l’accident, partage de nombreuses similitudes avec Akio ; ils ont notamment le même nom, des habitudes similaires, un fonctionnement proche.
Ainsi Akio apprendra à découvrir les spécificités de sa Z ultra rapide, il se liera avec elle, explorera ses secrets, et se mettra lui aussi à arpenter le Wangan, toutes les nuits.
Durant la série, on découvrira de nombreux personnages, tous recherchant quelque chose sur le Wangan. Ils se découvriront, interrogeront leur raison de courir, et évolueront. Cependant je n’étais pas tant satisfait de la série, car j’y trouvais plusieurs failles scénaristiques.
Les personnages courent sur le Wangan, d’accord, mais dans quel but ? Dans initial D, le but serait de devenir pros pour certains personnages, pour d’autres, il s’agit d’un passetemps. Cependant, ici, les personnages se consacrent presque exclusivement aux courses, sacrifiant parfois jusqu’à leur famille pour… rien ? Puis pourquoi n’y a-t-il aucun policier si tous les soirs de la semaine des individus roulent sur la même route 200km/h plus élevé que le règlement ne l’autorise ? En ce qui concerne Initial D je sais que dans la réalité, il y avait vraiment des courses de rue en touge, mais que la police ne s’en occupait pas par choix, bien que les autorités soient au courant. Mais ici ?
En réalité, même si ces critiques semblaient pertinentes, je montrais surtout mon incompréhension est mon inculture.

Midnight

Nous avons vu que le « Wangan » du titre fait référence à la route sur laquelle les personnages roulent. Mais qu’en est-il du « Midnight » ? Je pensais au début que c’était parce que les personnages roulent la nuit, à minuit justement. Il y avait un peu de ça.
En réalité il s’agit plus d’une référence au Mid Night Club, fondé en 1987 soit 3 ans avant le début du manga, et s’étant démantelé à la fin des années 90. C’était un club de tuner/street racer très dur à intégrer (sans donner trop de détail). Bien que les identités des membres n’aient jamais été révélées, le Mid Night Club était probablement composé de riches businessman qui dépensaient des millions de yens pour tuner leur voiture, et leur faire atteindre des records de vitesse. Cette vidéo de DRIVETRIBE explique de manière précise et concise ce qu’était le Mid Night Club, bien qu’ils soient possibles de trouver encore plus de renseignements sur Internet. https://www.youtube.com/watch?v=lRt56Y9JMEg
En ce qui me concerne, je retiendrai surtout 2 voitures du Mid Night Club : une FD violette, la pink spider et une porsche 930 turbo des années 70, tuné pour attendre les 700 chevaux, ce qu’atteint une actuelle porsche 911 gt rs2.
Dû au fait que les voitures des membres du Mid Night Club atteignent bien souvent les 300 km/h, et que dans les années 90, les policiers japonais étaient limités par la loi à 180 km/h, cela explique en partie pourquoi ces derniers pouvaient courir de la sorte sur le Wangan.
L’animé et le manga se basent évidemment sur ces courses de rue, auxquelles le Mid Night Club participait (bien qu’ils ne soient pas les seuls).
Même si la récurrence des courses soit sûrement exagérée dans la série, je venais d’éclaircir l’un des points qui me gênait le plus.
Qu’en est-il des motivations des pilotes alors ? C’est précisément le sujet que Wangan Midnight veut traiter : les pilotes.

Mazda rx-7 FD « Pink Spider »

Porsche 930 turbo du Mid Night Club

Personnages

Ils ont tous des motivations personnelles, un passé, des aspirations, et des désirs de vitesse. On observera comment ces personnages arriveront dans le milieu de la course de rue, comment ils s’en éloigneront, ou comment ils se plongeront dedans entièrement. Les personnages sont le plus gros point fort de la série. Finalement Wangan Midnight s’apparente plus à un portrait complet des pilotes, et des tuners. Je pourrai prendre l’exemple pour cela du personnage Shima Tatsuya, le second personnage le plus important avec Akio. Pilote d’une porsche 964 turbo noire, surnommée Blackbird, il est considéré comme l’empereur du Wangan avec Akio et sa Z. Quand il ne pilote pas il est chirurgien, on pourrait penser qu’il sait se servir de sa tête. Pourquoi pilote-t-il ? Car il veut de la vitesse. Il le sait, il se l’avoue. Pourtant, il continuera de se questionner tout au long de la série, il veut s’arrêter de courir, puis retombe amoureux de la vitesse et veut se plonger dedans, puis se rend compte que cela prend plus la forme d’une addiction qu’autre chose, mais pourtant, il n’arrête pas. C’est un personnage ambivalent, complexe, tiraillé entre plusieurs envies, désirs, pilotant. Loin d’être un imbécile mettant sa vie en jeu chaque soir pour rien. Et il en est de même avec tous les autres personnages. Tous ont une profondeur certaine, que je n’avais pas forcément saisie dès le début. Ainsi, Wangan Midnight ne traite pas dans de course, mais plutôt de coureurs. Pourquoi piloter ?

Forme

Avec ce fond très satisfaisant, l’animé possède des OSTs qui, bien qu’elles ne soient pas forcément marquantes individuellement, forment un tout très appréciable. De même pour l’animation, et plus précisément la cgi. Je dirai qu’on est à peu près au niveau de l’animation de fourth stage, ce qui est suffisant à mon goût. Pas de soucis de ce côté-là je trouve.

Initial D ?

Initial D s’inspire en un sens beaucoup de Wangan Midnight, dont la publication commence 5 ans auparavant (1990 pour Wangan et 1995 pour D). On retrouve un personnage médecin (Ryousuke qui va le devenir et Tatsuya qui l’est), très doué pour piloter. Une voiture un peu ancienne faisant des merveilles (une s30 Z dans Wangan, une 86 trueno phase 1 dans D). On suivra dans les 2 séries un lycéen découvrant peu à peu le monde des courses de rues. Cependant Initial D se concentre bien plus sur le street racing en touge donc, alors que Wangan Midnight l’explore sur autoroute. Dans la cinquième saison d’initial D, on retrouve un personage, Ikeda, conduisant une Z (z33) à Hakone, la seule route de Touge ou Akio conduit dans l’animé avec sa Z. En plus, Ikeda fait partie de la seule team connue et réputée pour tuner leurs voitures, exactement comme Akio.

Dernier mot

En définitive, Wangan Midnight est un animé qui m’est resté dans la tête longtemps après mon visionnage. Présentant des personnages tous plus variés les uns que les autres, cette série s’inspire plonge en un sens bien plus dans l’univers du street racing qu’initial D, essayant de décrire le milieu comme un Zola aurait pu le faire. Incontournable à voir si vous vous intéressez un peu aux voitures, je pense que Wangan Midnight peut tout de même être intéressant pour toutes personnes extérieures au milieu, vous faisant découvrir tout un monde que vous n’aurez jamais soupçonné. Ainsi donc je terminerai cet article, dans l’espoir qu’un jour, vous jetterez un œil à Wangan Midnight, qui est selon moi, un animé bien trop peu connu pour ce qu’il présente.

A bientôt sur le Wangan...

One Reply to “Découverte – Wangan Midnight, le pilote et non la voiture”

  1. Merci pour l’article avant tout !

    Je suis assez surpris de voir qu’il s’agit d’une oeuvre antérieure à Initial D, j’aurais eu tendance à penser l’inverse puisqu’il a été adapté bien après la première saison d’Ini D. En tout cas… why not, le street racing n’est pas forcément ce que je préfère et l’absence d’Eurobeat va surement se faire ressentir mais je veux bien lui donner sa chance. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 3 =