Itoshi no Karin ou Karin who I think tenderly of est un manga écrit et dessiné par Horiizumi Inko et publié par Manga Time Kirara Forward entre le 24 avril 2013 et le 24 décembre 2014. Itoshi no Karin est un manga en 21 chapitres ce qui fait 3 tomes.

 

Pourquoi j’ai décidé de parler de cette œuvre très peu connue ? C’est très simple Itoshi no Karin incarne l’idéal d’une romance courte, que nous lisons, apprécions mais ne restera pas notre esprit malheureusement. C’est assez dommage de voir ça comme ça mais c’est le cas pour bon nombre de lecteur. Je dis que c’est dommage car à défaut d’être incroyable ça reste vraiment appréciable à lire et révèle un art quasi parfait qui nous enivre et nous porte jusqu’à sa conclusion.

Itoshi no Karin 2

Je suis conscient que je m’égare déjà, j’ai oublié de vous parler de son « plot » ou plutôt de vous présenter ce qui serait son synopsis.

Yutaka Hanagasaki âgé de 20 ans est un jardiner qui travaille dans un parc d’attraction où il est extrêmement amoureux des fleurs qu’il fait pousser. Un jour, il voit une jolie fille nommée Karin Kawai qui est la mascotte du parc d’attraction où il travaille et laquelle il compare à ses fleurs. Apeuré par la popularité de cette dernière, il décide de ne pas lui adresser la parole. Mais chaque jour, il vient la voir de loin. Yutaka va au bout d’un moment avoir assez de courage pour lui parler ce qui lance l’histoire de ce manga.

Simple non ? En effet, il ne faut pas oublier que le manga fait 3 tomes, pourtant dans l’ensemble l’histoire se veut très mignonne et réconfortante. Karin n’est pas un personnage outil utile uniquement à l’intrigue, elle ne sert pas seulement de matériel et elle arbore un coté très mature malgré son âge (17 ans de mémoire). Honnêtement tout semble typique d’une romance à l’eau de rose mais il y a un truc en plus fort appréciable en plus de son art, c’est le coté tranche de vie, l’histoire avance, nous nous attendons à ce que nos 2 personnages principaux sortent ensemble mais non, Yutaka n’est pas décidé à rester dans cette ville une fois qu’il devra prendre la succession de sa famille. C’est un personnage réfléchi qui ne garde pas ses pensées pour lui, il n’est aucunement attiré par des sentiments « pervers » que nous pouvons retrouver dans des romances, à vrai dire il n’y a même pas ce genre de scène. La prise de décision logique et claire permettent à ce manga de se décrocher des clichés du début.

C’est plutôt dommage dans le fond mais l’auteur ne prend pas le temps de développer les personnages secondaires comme Ran ou Momoyo mais pouvons-nous vraiment nous plaindre sur une histoire si courte ? La fin de l’histoire n’est pas une vraie conclusion, à la manière de ce que nous pouvons retrouver dans Koe no Katachi la fin reste libre d’interprétation. Karin ayant décidé de faire des études d’infirmières et Yutaka de retourner auprès de sa famille les deux personnages se séparent donc malgré leur amour fou dans l’optique de poursuivre leurs ambitions (et de se retrouver après probablement). C’est assez admirable de choisir une telle fin au vu du nombre de moments de tendresses au fur et à mesure que le manga avance mais ce choix, dans le fond apporte beaucoup que ce soit à l’histoire mais aussi à l’interprétation du lecteur (faut-il renoncer à ses ambitions pour un amour fou et inversement ?). La symbolique de l’anneau lors du passage d’Halloween constitue un point également très important sur cet amour.

Finalement, nous pouvons conclure que Itoshi no Karin est surement ce qu’il se fait de mieux dans son format, les personnages principaux sont uniques et attachants et l’art est impressionnant surtout les passages de Karin quand elle est comparée à une fleur. Je ne peux que vous conseiller de le lire ou de le relire c’est fort appréciable.

Itoshi no Karin 3

Merci à vous d’avoir pris le temps de lire cette review (un peu courte en effet) autour d’un petit manga peu connu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 × 15 =