Bonjour bonsoir à tous.
Aujourd’hui je vais vous parler de mon analyse personnelle du personnage Makoto Tsukimoto surnommé Smile, de l’œuvre Ping Pong.
Ping Pong est originellement un manga des années 90, dessiné et écrit par Taiyou Matsumoto (l’auteur de tekkon kinkreet ou de zero notamment). Il a eu la chance de bénéficier d’une récente adaptation animée par le réalisateur Masaaki Yuasa, qui était déjà à l’époque un réalisateur apprécié pour ses travaux The Tatami Galaxy ou encore pour Kaiba. Plus récemment il s’est chargé de la réalisation de l’animé Devilman : Crybaby.
Ping Pong The Animation (l’animé) est un modèle d’adaptation, à la fois très fidèle à l’œuvre originale mais apportant également plusieurs valeurs ajoutées bienvenues.
Je ne vous présenterai pas plus Ping Pong, que ce soit le manga ou son adaptation animé, ce n’est pas mon but ici.
Si vous ne l’avez pas vu/lu je ne peux que vous le recommander chaudement, et si vous l’avez vu/lu il y a un certain temps n’hésitez pas à revoir/relire certaines scènes/passages.
Ainsi donc je passerai sur l’analyse linéaire de Ping Pong The Animation (que j’abrégerai désormais en PPTA, contrairement au manga que j’abrégerai en PP) qui est certes très intéressante, mais qui nécessite un certain temps (le temps de re-watch la série en vérité). Je passerai également sur toutes les différentes thématiques abordées (relations et parallèle coach/joueur, l’amitié dans le sport, les différentes raisons de jouer, l’importance de la victoire, le talent contre l’effort pour ne citer qu’elles) pour me concentrer plutôt sur l’analyse du personnage de Smile.

Smile 2

Makoto Tsukimoto, dit Smile

Smile est un personnage emotionless. Bien que je ne sois pas spécialement fan de ce type de personnage, je n’ai eu d’autre choix que d’en tomber amoureux, principalement car je le trouve très intéressant, bien plus que tous les autres personnages de la série (bien qu’ils le soient tous)

Ce que j’adore tout particulièrement avec Smile, c’est que les événements qui lui sont arrivés enfant prennent à la fois une dimension concrète et une dimension symbolique, nous offrant une seule et même lecture du personnage, or là où les deux visions pourraient se contredire (et nous offrir 2 interprétations), ici elles se complètent (en revanche le manga, légèrement différent, nous offre un tout autre Smile malgré les très légères différences, je reviendrai dessus plus tard). Finalement nous avons un personnage très complet relatant une vision de l’auteur spécifique sur une question que l’on pourrait formuler de cette façon, « Est-ce une bonne chose d’avoir du talent ? »

Dans l’anime donc, juste avant de passer à l’analyse, Smile est un personnage qui se fait souvent traiter de robot. Et en effet, Smile est un personnage à 2 faces : sa face d’homme, et sa face de machine, de robot. Dans PPTA, chaque personnage est symbolisé par quelque chose. Pour Peco il s’agit d’une étoile (symbolisant son talent) et du héros, pour China il s’agit d’un avion (symbolisant son envie de rentrer chez lui), pour Dragon … c’est justement un dragon (nous montrant sa force), pour Akuma, il s’agit d’un démon tout comme nous l’indique son nom. Butterfly Joe est symbolisé par un papillon pour diverses raisons que je ne détaillerai pas ici. En ce qui concerne Smile, il est symbolisé par la lune, que l’on retrouve sur tout ce qui lui appartient (son uniforme de sport, le robot de son jeu vidéo, sa raquette de ping pong, mais aussi dans son nom ; »tsukimoto », tsuki signifiant la lune, il s’agit du bon kanji, j’ai vérifié). Il est plus spécifiquement symbolisé par un croissant de lune, donc une lune non complète. Le symbole de la lune est souvent utilisé pour décrire un être ou une chose à 2 faces. Une cachée et une visible (pour ceux qui ont vu ou lu la partie 5 de JoJo, Golden Wind, on pourrait assimiler l’antagoniste principal à une lune par exemple). La lune peut avoir un second symbolisme, mais j’y reviendrai plus tard. Quand Smile était enfant, il était hésitant, il était perdu entre ses faces. Il se pensait humain, mais se faisait harceler à l’école à cause de sa face de machine. Enfin les deux faces de la lune se retrouvent dans les origines même du surnom de Smile : on nous le présente initialement comme venant du fait qu’il ne sourisse jamais (côté machine), puis comme venant du fait qu’il souriait quand il jouait au ping pong avec peco (côté humain).

PPTA3
PPTA4

La lune sur l’uniforme de Smile,
épisode 1

La lune sur le robot du jeu vidéo
de Smile, épisode 1

Alors qu’il s’était fait enfermé dans un casier, Peco le sauve. Il le prend sous son aile, lui montre le ping pong. A noter qu’ici Peco s’assimile au héros ; les phrases « quand tu es dans le pétrin, récite le 3 fois. Que le héros apparaisse ! Que le héros apparaisse ! Que le héros apparaisse !!! Et alors, j’entrerai en scène ! » résonne comme un simple « si on t’enferme encore appelle moi et je te sortirai de là » de la part de Peco. Grâce à sa rencontre avec ce dernier, et notamment grâce à la phrase « le sang a le gout du fer » (titre du 11eme épisode notamment), Smile peut s’accepter pleinement comme il est.
En effet, cette phrase signifie simplement que même dans le sang, ce qui caractérise la nature vivante de l’être humain (donc le côté humain de Smile) on y trouve du fer, ce qui caractérise la machine froide (donc le côté machine de Smile). Pour synthétiser, même dans la vie profonde on trouve de la machine froide, et vice versa. Les deux côtés de Smile ne font qu’un. Grâce à Peco il peut s’accepter pleinement.
Mais les complications ne s’arrêtent pas là. Smile est très fort, il a un immense talent caché, mais ne joue pas pour gagner. Il joue pour être avec son ami, son héros Peco. Quand il est jeune il n’y a avait pas de problème, il pouvait se cacher derrière Peco, qui est naturellement plus fort que lui (un plus grand talent et une plus grande expérience). Peco, l’étoile brille tellement que Smile passe inaperçu. Or au fil des années Peco perd son intérêt pour le sport et se relâche, forçant Smile à devoir se brider pour ne pas le dépasser. A noter que la lune ne brille que car elle renvoie les rayons du soleil (d’une étoile donc), tout comme Smile ne brille au ping pong que grâce à peco, qui l’a mis à ce sport. Pire en réalité, il force Smile à se retrancher dans son côté « humain », son côté faible et gentil (en opposition avec son côté de machine, impassible et cruel). Ne s’acceptant plus pleinement (d’où le croissant de lune), puisque n’acceptant plus sa force, Smile ne sourit plus, il n’est plus heureux. Smile veut être moins fort que Peco pour principalement deux raisons. Premièrement, Peco est son héros, c’est grâce à lui qu’il s’accepte. S’il devient plus fort que son héros, alors Peco n’en est plus un, il ne pourra plus s’accepter. Secondement, Smile a peur de son talent. Ce côté est surtout développé dans le manga, j’y reviendrai à la fin. J’en parle maintenant au cas où ce ne serait pas clair ; mais le fait de s’amuser, d’être gentil caractérise le côté humain de Smile ; sa force et son manque de pitié caractérisent son côté machine. Smile se bride donc, se cachant derrière Peco, mais son talent finit par se voir, que ce soit par China, Dragon, Obaba ou Butterfly Joe. A l’épisode 2 ce dernier le met dans le pétrin justement, alors, comme il l’a toujours fait, il appelle son héros, il appelle Peco. Or ce dernier est déjà dépassé par la situation ; Smile est déjà plus fort que Peco, ce dernier ne pourra pas l’aider. Alors il quitte son côté humain qu’il avait choisi depuis le relâchement de Peco, et passe de son côté machine.

PPTA8

Smile passant de son côté robot, épisode 2

Cette scène se déroule durant l’épisode 2, on voit très vite son changement de mentalité, c’est très explicite Mais il joue dans la cour des grands désormais, Smile se doit d’être fort, il ne peut se contenter de perdre exprès. Il doit également faire taire sa gentillesse naturelle (conféré le combat contre China,à la fin de l’épisode 3, où Smile perd exprès). Il joue de manière compétitive, il doit gagner. Pour cela, il lui faut de la force, et aucune pitié. Il va chercher ces deux atouts dans son côté machine. Mais le plus gros problème c’est qu’il ne rend pas heureux les gens qu’il bat (c’est dit à plusieurs reprise dans la série « mon petit frère a joué contre lui, il a envie d’arrêter le ping pong », pour citer exactement l’animé, « Il fait perdre l’envie de continuer le ping pong », dans la seconde scène de l’épisode 8, quand peco discute avec des joueurs au réfectoire du club de Michio). A l’inverse Peco lui, rend heureux les gens qu’il bat, car il aime le ping pong. Smile n’aime pas le ping pong (ou tout du moins il ne l’aime pas durant la majeure partie de la série, il finira par l’apprécier à la fin), il jouait initialement pour être avec Peco.
Son talent, sa force détruit Smile, elle l’enferme, elle l’isole, hors des autres qui ne l’approchent plus (ou de manière très distante), hors de Peco qu’il ne voit plus. Il fait du mal à Akuma par exemple, ainsi qu’à ses camarades de clubs « on ne s’amuse plus, y’en a que pour lui / On affronte des équipes super fortes et on se fait détruire, seul lui les bat. On ne sert à rien. ».
Dans le manga, la scène où on voit le flash-back entre Peco et Smile, et où on voit Smile casser son armure, Peco dit « un homme doit avoir des tripes ! Déchaine-toi ! ». Ce flash-back, qui se déroule dans l’animé au milieu de l’épisode 11 (donc à la fin), se déroule dans le manga dans le match contre Butterfly Joe (à l’équivalent de l’épisode 2). Dans le manga donc, Smile ne devient donc pas à proprement parler une machine, mais l’idée reste la même.​

PPTA7

Smile fait perdre l’envie de jouer, épisode 8

Dans les 2 cas Smile est consumé par son talent, par sa force. Il s’isole, comme s’il était tout seul dans un casier. (Clin d’œil). On le voit très bien au tout début de l’épisode 6, où on voit des enfants parler d’un manga, dans lequel un robot, en réalité gentil, détruirait tout sur son passage en attendant la venue de son héros. La mise en scène est très explicite, le robot est solitaire et apparait comme triste de sa situation. On suit ensuite des lycéens, enchainant sur la conversation débutait, or on comprend ici que le robot fait directement référence à Smile, et qu’il lui faisait en réalité référence depuis le début. Encore une fois, l’idée que Smile ne rend pas les autres heureux en les battant est présente.

PPTA6

Discussion entre enfants sur Smile, épisode 6

Mais Smile a conscience que son talent le consume. Puisque Smile a conscience de son problème, tout comme quand il était enfant et enfermé dans le casier, il attend le héros, il attend peco. Ne pouvant plus se mentir a lui même il ne peut plus se contenter de faire exprès de perdre. Il doit être vaincu par Peco alors qu’il se donne à fond. Être réellement vaincu par Peco. Au début de l’épisode 11, Smile qu’il doit « frapper fort sur le coup droit et répliquer sur le revers » contre Peco pour gagner plus facilement (car ce dernier à une blessure au genou droit, cet enchaînement le met alors en difficulté l’obligeant à forcer sur sa blessure), ce qu’il fait dès le premier échange, ne ménageant absolument pas Peco. Cela confirme à la fois le fait que Smile se trouve de son côté machine, mais aussi qu’il ne peut plus simuler, se brider comme il le faisait avant en laisser Peco gagner. A l’inverse il se montre impitoyable envers ce dernier.

Smile_analysis_smile_m_appelle
Smile_analysis_machine_heros

Peco entendant l’appelle de Smile,
épisode 9

Seul Peco peut arrêter Smile,
 épisode 6

Smile_analysis_strategie

Smile impitoyable envers Peco, épisode 11

C’est alors que, épisode 11, il rencontre Peco en finale. Peco est censé être un héros, « il ne doit pas avoir de point faible » (citation de Smile dans l’épisode 11), malgré sa blessure. C’est alors qu’au grand bonheur de Smile, le héros est revenu. En battant Smile, il lui permet à de stopper sa carrière débutante de professionnel (enfin de trouver une excuse pour la stopper), le sauvant encore une fois de l’isolation, du casier. En plus il l’emmène voler, comme quand ils étaient petits, c’est à dire qu’il le fait s’amuser (la faculté de Peco, ce qui fait qu’il est un héros justement).

PPTA5

Citation de Smile, épisode 11

Smile se rend compte de la force de peco dès la première balle qu’ils s’échangent, remporte par peco malgré l’acharnement réel des 2 garçons. Immédiatement, Smile prononce « le sang a le goût du fer », un sourire radieux sur le visage.

Smile souriant, épisode 11

En se remémorant la phrase « le sang a le gout du fer » Smile peut détruire son carcan d’acier, et s’accepter enfin tel qu’il est. Il n’est pas obligé de se brider, de volontairement perdre. Grâces au héros les 2 faces de la lune peuvent désormais ne faire qu’une, devenant une pleine lune (et non un simple croissant de lune).

PPTA1

Smile brise son carcan d’acier, épisode 11

C’est d’ailleurs pour ça qu’a l’épisode 1, et dans toutes les scènes où on voit ce héros symboliques, il vole vers la pleine lune. Il vole, se dirige, vers l’acceptation complète de Smile. Dans l’épilogue Smile a pu arrêter sa carrière. Il est heureux, heureux de s’accepter pleinement. Par peur d’être détruit par son propre talent, par sa propre force, il attendait un héros capable de l’abattre.

PPTA2

Le héros et la pleine lune, symbolisant la pleine acceptation de Smile, épisode 1

Il est intéressant de noter que le personnage de Smile fait directement écho à Goshima Miyabi, personnage principal de son manga de boxe Zero, sortit quelques années avant PP. Goshima est aussi un personnage surpuissant, mais ce dernier, à l’inverse de Smile, décide de pleinement utiliser ses capacités et son talent, le conduisant à un isolement et à un état bien moins heureux et épanoui que celui que Smile atteint à la fin de la série.

 

En conclusion, selon Taiyou Matsumoto le talent n’est pas nécessairement une bonne chose pour celui qui le possède. Si j’avais voulu me concentrer sur cette thématique précise dans l’œuvre, j’aurais dû me pencher plus en détail sur Dragon, Peco, Joe, China et Akuma. Car à eux tous ils constituent la vision complète de l’auteur sur la question du talent. En ce qui concerne Smile plus spécifiquement, c’est donc un personnage complexe et fascinant, à l’évolution très intéressante, et étroitement liée avec celle de son meilleur ami Peco. J’espère que cet article vous a aidé à mieux le cerner. Si vous avez des compléments à ajouter, n’hésitez pas à m’en faire part !

Sur ce, je m’en vais revoir quelques scènes de l’animé Ping Pong The Animation, en espérant que cette analyse ait pu en intéresser certains !

One Reply to “Une analyse de Smile, l’être à double face”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 13 =