Kadokawa. Au bout d’un moment, il est impossible pour tout otaku qui se respecte de passer à côté de ce nom gigantesque. Nous parlerons aujourd’hui d’annonces qui ont été faites à un moment fédérateur, lors de la Kadokawa Light Novel Expo 2020, une exposition que Crunchyroll appelait « l’événement consacré aux light novels le plus important au monde » dans un article anglophone publié en décembre 2020.
Lors de l’an fiscal 2019, la société mère Kadokawa Corporation avait déclaré 204 milliards de yens, ce qui donne (si on convertit en mars 2021) 1,5 milliards d’euros. Wikipédia nous dit de Kadokawa Future Publishing : « [Il s’agit de] la branche d’édition de Kadokawa Corporation qui publie des mangas, des romans, des light novels, des magazines, des jeux de rôle sur table et d’autres types de contenu avec huit différentes brand companies d’édition qui ont auparavant fusionné avec elle ».
Icotaku a dédié plusieurs articles à l’événement, notamment pour un spin-off d’une franchise assez connue, Mahôka Kôkô no Yuutôsei, dans lequel il est mentionné que l’exposition « est l’occasion pour [… l’animé] de revenir dans l’actualité ». On comprend donc que l’intérêt est alors de stimuler l’industrie, en créant un événement servant d’interface entre les lecteurs, les auteurs et les éditeurs.

Pour les hispanophones, il vous est même possible de revivre le jour 2 de l’événement, capturé en direct par Overlord Español, une communauté espagnole dédiée à la franchise Overlord. Et pour ceux qui n’y comprendront un traître mot entre l’espagnol et le japonais, cela vous laisse malgré tout la chance de découvrir l’organisation de l’exposition.

Mais si vous êtes encore là, nous pouvons à présent aborder le vrai thème de l’article : les suites annoncées pour Maô Gakuin et Hataraku Maô-sama. Ces deux animés partagent assez en commun : ils utilisent tous les deux la figure stéréotypée du roi des démons, et y associent un traitement comédique (c’est-à-dire à la fois drôle, léger et touchant à la vie du commun des mortels). Le point où les deux divergent est cependant cette comédie : dans Hataraku Maô-sama, le diable en personne bosse dans un fast-food ; chez Maô Gakuin il ressuscite et trouble l’ordre établi chez sa descendance.

Hataraku Maou sama 2

Hataraku Maô-sama (printemps 2013) est un animé de 13 épisodes, adapté du light novel du même nom par White Fox, et a pour synopsis sur Nautiljon : « Le roi démon vient d’être vaincu par le héros lors d’une guerre sanglante opposant les démons aux humains. Dû à sa défaite, le roi démon s’enfuit avec son meilleur commandant en ouvrant une porte vers le monde des humains. En arrivant à Tokyo, la langue des humains leur est étrangère. C’est dans cet univers que notre roi démon rebaptisé Sadao Maô et son commandant Shirô Ashiya doit survivre et s’habituer à vivre comme des humains. ».

maou gakuin 2

Quant à Maô Gakuin (été 2020), aussi une adaptation en 13 épisodes d’un light novel, mais cette fois produit par Silver Link., tel est son résumé : « Suite à une longue période d’innombrables guerres et de conflits, Anos, le seigneur démon, devint fatigué et aspira à un monde pacifique. Il décida donc de se réincarner. Cependant, le monde dans lequel il se réincarne est trop habitué à la paix et ses habitants sont donc trop faibles. Anos décide de s’inscrire à l’Académie Maô, qui est un établissement créé pour rechercher tous les étudiants susceptibles de représenter la réincarnation du seigneur démon. Néanmoins, ses pouvoirs sont trop extraordinaires pour que ceux de l’académie puissent le juger correctement. Il est donc considéré comme un « étudiant incompatible ». ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =